Comme vous le savez, la communauté de photographes Pixopolitan est très importante ! Pour mieux connaitre les artistes, toutes les semaines, venez découvrir l’un d’entre eux grâce à une interview exclusive. Aujourd’hui, rendez-vous avec un réunionnais devenu sud-africain d’adoption, Yann Macherez !

 

Partons à la découverte de cet aventurier de l’Afrique australe, photographe infatigable !

 

© Yann Macherez - Cruising

© Yann Macherez – Cruising

 

Yann, qui êtes-vous ?

On va dire que, pour le moment, je suis Sud-Africain d’adoption. Cela fait maintenant presque trois ans que j’ai atterri sur le sol de la Nation Arc-en-Ciel. Avec pas mal de rêves dans les bagages ! Je suis basé sur la ville du Cap en tant que photographe/journaliste freelance. Je bouge pas mal à travers tout le pays et l’Afrique Australe. Tout semble possible ici. C’est excitant, stimulant !

 

© Yann Macherez - Poison's Efficiency

© Yann Macherez – Poison’s Efficiency

 

© Yann Macherez - School Time

© Yann Macherez – School Time

 

Comment vous êtes-vous lancé dans la photographie ?

La photographie est venu assez tardivement sur mon chemin personnel et professionnel. Je suis un peu touche à tout. Pour tout dire, je suis agronome et ingénieur du son de formation. Mais le voyage, les rencontres et un pentax K-5 ont “légèrement” changé ma trajectoire, il y a quelques années. Tu ajoutes à cela une dose de curiosité et de passion pour pousser la photographie au-delà du simple concept de passe-temps. Tu finalises avec un peu de courage pour sauter le pas et aller la ou la vie t’appelle. Cela fait maintenant quatre ans que je vis de la photo. Quatre ans que je me dis que ça a été un des meilleurs choix de ma vie.

 

© Yann Macherez - Afreekaburn

© Yann Macherez – Afreekaburn

 

Laquelle de vos photographies vous a le plus marqué, dont la réalisation a été la plus incroyable 

J’en ai quelques-unes qui m’ont marqué. Selon le lieu, les personnes, le moment. J’ai ce projet -Today- que je pérennise dans plusieurs villes : Pendant 24 heures, je plonge dans une ville et ne cesse de shooter. De ce marathon photo, je sors une exposition de 24 photos, une par heure. C’est une aventure humaine et physique incroyable ! Au bout de 20 heures sans dormir, je peux te dire que la réalité est un peu altérée. Hallucination, rencontre improbable, moment magique…l’impact émotionnelle des choses est décuplé.
Je me rappelle donc de ce moment, à Stone Town à Zanzibar, lors de mon dernier -Today-. Le soleil venait de se lever et j’étais sur la fin de mes 24 heures. C’était le retour des pêcheurs, attendus par des centaines de villageois. La fatigue commençait à sévèrement me peser mais j’ai pris une claque magistrale. J’avais l’impression de flotter au milieu de ce chaos, que personne ne me voyait. Et pourtant je vivais tout a 200%! J’ai oublié la fatigue et j’ai du shooter 500 photos en l’espace de deux heures.
J’apprécie particulièrement celle-ci, qui exprime bien le mood et mon ressenti du moment.

 

© Yann Macherez - Fisherman Return

© Yann Macherez – Fisherman Return

 

Plutôt couleur ou noir et blanc ?

En numérique, je suis 90 % du temps sur un traitement couleur. Les autres 10% représentent des portraits, des visages qui appellent le N/B.
En argentique par contre, je travaille uniquement en N/B. Pour une raison simple: Je ne sais développer que le N/B. J’ai envie de maitriser toute mon workflow en argentique. Quelle satisfaction de finir avec son tirage entre les doigts.

 

© Yann Macherez - Above Paradise

© Yann Macherez – Above Paradise

 

© Yann Macherez - Two Scars

© Yann Macherez – Two Scars

 

Vous vous intéressez particulièrement à l’Afrique. D’où vous est venu cet attrait pour ce continent ?

Parce que c’est le continent de la vie, de l’instant présent, du sauvage. C’est aussi le continent de la déchirure, du chaos, de l’extrême.  C’est une source d’inspiration perpétuelle pour le photographe et l’homme que je suis. Elle me secoue et me remet à ma place.
J’ai grandi sur une ile, l’Ile de La Réunion. Un tourbillon de cultures et de traditions dont tu ne sors pas indemne.L’Afrique, l’Afrique du Sud plus précisément, c’est comme un retour à la maison. Sauf que là, j’ai un continent entier devant moi et que j’ai troqué les tongs contre des boots montantes.

 

© Yann Macherez - Red Paws

© Yann Macherez – Red Paws

 

© Yann Macherez - Swazipeople

© Yann Macherez – Swazipeople

 

Quelle est votre petite astuce pour de meilleures photographes ? Avez-vous un rituel particulier lorsque vous prenez des photos ?

Je pourrais simplement citer Ansel Adams “Il n’y a aucune règle pour faire de bonnes photographies, il y a seulement de bonnes photographies” pour répondre, mais je vais essayer d’être plus collaboratif sur la question. Je me suis rendu compte que plus je connaissais le sujet/événement/histoire que j’allais shooter, plus je laissais aller ma créativité, lors du shooting. Mes photos ont toujours un petit quelque chose en plus et sont plus cohérentes les unes avec les autres. (Je parle plus de photo-reportage, de séries, pour le coup)

Sinon, coté rituel, j’aime ces petits moments de plénitude, le soir avant une session photo. Quand tu te poses, que tu prépares tranquillement ton matériel, que tu nettoies tes objectifs. Il y a quelque chose de méditatif, un moment hors du temps qui me permet de me projeter doucement dans l’aventure du lendemain. Je pense que cela joue aussi sur la mise en condition que je décris plus haut !

 

© Yann Macherez - Freeze in Time

© Yann Macherez – Freeze in Time

 

© Yann Macherez - Rugby Day

© Yann Macherez – Rugby Day

 

Quel est votre prochain projet ? 

Je travaille depuis peu avec une association française qui s’appelle An Eye For An Eye. Cette dernière créée des correspondances photographiques entre des groupes d’enfants à travers le monde. On leur enseigne la photographie, comme un langage. On leur donne la possibilité de contempler, de   et de partager leur vie en image avec des enfants à l’autre bout du monde, avec une culture souvent bien différente. Je suis chargé de mettre en place la correspondance au Cap, avec des jeunes de 11 à 16 ans. Ca fait longtemps que je souhaite travailler avec des enfants. Ca va être passionnant et enrichissant, je pense. Allez voir nos projets, ça vaut le coup d’oeil: http://www.aneyeforaneye.org/

 

© Yann Macherez - All In Once

© Yann Macherez – All In Once

 

Merci Yann d’avoir accepté de répondre à nos questions ! Retrouvez toutes ses photographies d’art dans sa galerie Pixopolitan et sur son compte Instagram @ubuntuphotography !