Surnommé l’homme invisible, ce photographe se fond dans les paysages grâce à la technique du body Art.

« J’ai décidé de me fondre dans l’environnement. Certains diront que je disparais dans le paysage ; je dirais pour ma part que c’est l’environnement qui s’empare de moi ».

Cet artiste Chinois, actuellement exposé à la Maison Européenne de la Photographie jusqu’au 29 octobre 2017 a fait de son art un véritable trompe-l’œil pour le spectateur tout comme l’artiste Ed Emrich. Liu Bolin est aujourd’hui connu dans le monde entier pour l’originalité de ses œuvres. Celui-ci allie photographie, body art, art optique et sculpture vivante.

Il parvient à se fondre dans le décor (paysage, monument…) pendant plusieurs heures, les yeux fermés, immobile. Sans aucun trucage, et avec l’aide de ses assistants, son processus de camouflage s’achève par une photographie de ses œuvres si particulières.

Lors de l’exposition, le visiteur est invité à découvrir quatre thèmes abordés par le photographe.

1/ La société de consommation

8

Liu Bolin – Hiding in the City 110, Puffed Food, 2013

Cet artiste a voulu montrer la place de l’individu dans la société de consommation, noyé dans le rayon d’un supermarché. Il dénonce ici, le comportement des consommateurs, qui achètent des biens et services de manière compulsive.

2/ La politique et la censure

1

Liu Bolin – Hiding in the City 43, In Front of the Party’s Flag I, 2006

L’artiste chinois a choisi de se fondre au milieu du drapeau de l’URSS communiste. Son but est de montrer au monde à travers cette œuvre, que l’individu renonce à sa propre identité pour rejoindre une identité collective uniformisée.

La plupart de ses œuvres sont ludiques et ont pour but de faire réfléchir les gens sur des sujets importants d’une manière originale et décalée.

3/ La tradition et la culture chinoise

3

Liu Bolin – Hiding in the City 107, Family Photo, 2012

À travers cette photographie, Liu Bolin évoque la culture chinoise en mettant en scène abondamment un objet emblématique : la lanterne chinoise. Cet objet rouge issu d’une fête traditionnelle chinoise est très répandue en Chine.

4/ La liberté de la presse

4

Liu Bolin

Alors, Saurez-vous le retrouver ?

5

Liu Bolin

2

Liu Bolin – Hiding in the City -Paris 11, Freedom Graffiti, 2013

6

Liu Bolin – Hiding in the city – Paris 04, Safe Door, 2011

7

Liu Bolin – Hiding in the City 99, Three Goddesses, 2012

Le style original du photographe Liu Bolin vous plaît ? Vous aimerez peut-être notre galerie de photographies d’art décalées !