Le collectionneur de rêves

C’est en parcourant les quatre coins du monde que Renan Gicquel, capture des photographies exclusives. Photographies de paysage, de nature ou encore urbaines, l’univers du photographe français est très varié. Une seule règle dirige son travail, capturer des endroits qui le font rêver.

Photographie Renan Gicquel

©GICQUEL Renan – Stacked Houses

Qui êtes-vous ?

Je suis un ingénieur chargé d’affaires de 31 ans passionné de photographie. J’aime parcourir le monde pour ramener des clichés des endroits qui me font rêver, un peu comme un collectionneur.

Pouvez-vous nous dire qu’est-ce qui vous a amené à la photographie ?

Cela vient sans doute de mes parents infographistes. Depuis tout petit j’ai baigné dans leur environnement de travail. Ils étaient curieux d’avoir mon avis sur leurs projets et je pense que cela a éduqué mon œil aux belles images. Je me souviens aussi avoir passé des mercredis entiers dans leurs bureaux à feuilleter des catalogues de banques d’images. J’étais en admiration devant les photos de villes avec les traînées lumineuses du trafic.

Photographie Renan Gicquel

©GICQUEL Renan – Ho Chi Minh City

Quand avez-vous commencé à vous intéresser à la photographie ?

J’ai acheté mon premier appareil photo en 2006 (un nikon coolpix 8400). À l’époque je réalisais principalement des photos de sports extrêmes car je faisais du BMX. J’ai rapidement progressé et suis passé au boitier reflex avec des flashs déportés. Plus tard je me suis détaché de l’univers du BMX quand je me suis installé sur Paris pour mes études. C’est à ce moment que j’ai commencé la photo urbaine puis de paysages lors de mes premiers voyages.

Photographe de la semaine

©GICQUEL Renan – Vallée de la Clarée

Comment choisissez-vous vos destinations pour capturer ces sublimes photographies ? 

Je suis toujours en quête de points de vues et lieux insolites. Je passe beaucoup de temps à faire du repérage sur internet et sur les vues satellites. La photographie me pousse à accéder à des endroits exceptionnels à des heures inhabituelles (souvent au lever du jour ou en dehors des heures publiques). C’est aussi pour moi l’occasion de profiter d’instants uniques et privilégiés.

Dans vos photographies on peut voir que les couleurs ont une place très importante, pourquoi ?

Simplement car j’aime la couleur et qu’elle contribue souvent à la magie de la photo.

Photographie Renan Gicquel

©GICQUEL Renan – Lavande à l’infini

Quel message, émotion souhaitez-vous transmettre au travers de vos oeuvres ?

Je cherche avant tout à mettre en avant un lieu et à le sublimer pour faire ressortir son côté impressionnant ou graphique.

Photographie Renan Gicquel

©GICQUEL Renan – Bibliothèque Richelieu BNF

Avez-vous un souvenir d’un de vos shooting que vous souhaiteriez partager avec nous ?

En juin 2016 j’ai profité d’un déplacement en Chine pour me rendre à la frontière du Tibet dans le but de photographier Seda Monastery. Lorsque je suis arrivé les autorités chinoises étaient en train de mettre en place des points de contrôles sur les routes aux alentours. Je ne comprenais pas ce qui se passait mais j’ai réussi à accéder à ce lieu impressionnant par ses maisonnettes rouges empilées tout autour de la plus grande école de moines bouddhistes. Un an après, j’ai compris en lisant un article que les autorités étaient en train d’interdire l’accès aux étrangers et ont démoli une partie du site seulement quelques semaines après ma visite. Je suis donc très chanceux d’avoir pu photographier cet endroit.

Photographie Renan Gicquel

©GICQUEL Renan – Seda Monastery

Quels sont les photographes qui vous inspirent ?

Dans un tout autre style et à un autre niveau, j’aime beaucoup le travail d’Andreas Gursky. On peut passer des heures à contempler de prêt chaque détail de la photo et de loin l’aspect graphique et surprenant de la scène ou du lieu.

Quel matériel photo utilisez-vous ?

J’utilise principalement un Nikon D800 sur pied avec un objectif 16-35mm ou 70-200mm. Parfois je me sers aussi de filtres ND pour faire des poses longues et gérer les dégradés. Je viens aussi d’acquérir un drone DJI Mavic.

Quels sont vos projets à venir pour cette année 2018 ?

Je vais bientôt quitter la région parisienne pour m’installer dans le sud-est. J’aimerais en profiter pour faire plus de photographies avec mon drone. Cela permet de repousser complètement les limites pour trouver le meilleur point de vue et cadrage.

Si vous aussi vous appréciez le travail du photographe Renan Gicquel, vous pouvez retrouver davantage de photographies sur notre boutique photos en ligne. Ces oeuvres exclusives sont disponibles dès 39€. Vous trouverez également un large choix d’encadrements et de formats, le tout made in France. Profitez-en !