L’utilisation du corps féminin par Irina Ionesco : entre mode et érotisme

Aujourd’hui octogénaire, Irina Ionesco, photographe de mode et de nu, a beaucoup fait parler d’elle pour ses clichés très connus de femmes dénudées et mises en scène de manière érotique. Ses photographies d’inspiration onirique dépeignent un univers très personnel qui la reflètent dans chaque image et à travers chaque modèle. Les premiers costumes portés par les femmes qu’elle photographiait étaient tour droit sortis de ses placards et de son histoire. Son dernier ouvrage en date, sortit en 2014 et intitulé Sylvia Kristel, réunit des clichés de l’actrice du film Emmanuelle datant de 1974.

Irina Ionesco Sylvia Kristel

Irina Ionesco – Sylvia Kristel – 1974

Irina Ionesco

Irina Ionesco

Irina Ionesco nue aux gants et au boa

Irina Ionesco – Nue aux Gants et au Boa – 1974

Irina Ionesco modèle aux griffes

Irina Ionesco – Modèle aux griffes – 1975

Irina Ionesco la mort aux griffes

Irina Ionesco – La Mort Amoureuse – 1985

Irina Ionesco

Irina Ionesco

Irina Ionesco

Irina Ionesco

 

Depuis plusieurs années, Irina Ionesco est en conflit avec sa fille, Eva, à cause des photographies qu’elle a fait d’elle enfant, dans les années 70. De la même inspiration que les modèles qu’elle photographiait habituellement, elle a mis sa fille en scène, partiellement habillée voire nue. Eva est devenue la plus jeune modèle de l’histoire à poser pour le fameux magazine Playboy, à l’age de 11 ans. En 2012, à la suite d’un procès intenté à sa mère pour atteinte au droit à l’image et à la vie privée, elle obtient 10000€ de dommages et intérêts, contre les 200000€ demandés, dû à la prescription de l’affaire. Elle a également obtenu de la justice la restitution de certains négatifs mais pas l’interdiction d’exploitation des photographies concernées. En 2015, le mari d’Eva, Simon Liberati, écrit un livre sur elle, “Eva“, et c’est au tour de la mère d’entamer une action en justice pour faire effacer certains passages sur sa vie, qui selon elle lui porterait préjudice. Le Tribunal ne lui a pas donné gain de cause du fait que les passages concernés reprendraient des parties de sa vie sur lesquelles elle se serait déjà exprimée dans sa propre autobiographie en 2004, L’Oeil de la Poupée.

Irina Ionesco Eva

Irina Ionesco pose devant un cliché de sa fille

Irina Ionesco eva

Irina Ionesco – Eva

Irina Ionesco eva

Irina Ionesco – Eva

 

Pixopolitan vous propose également une sélection de photographies de mode à retrouver sur notre site.