Jérôme Régnier, photographe chez Pixopolitan a accepté de se prêter au jeu de l’interview et répond à toutes nos questions

Bonjour Jérôme, tu es photographe chez Pixopolitan depuis presque 3 ans maintenant. Tu as découvert la photo en 2005 et tu as commencé la photographie professionnelle en tant qu’autoentrepreneur depuis 1 an. Raconte-nous tes débuts.

Au tout départ, j’avais un appareil photo numérique classique, un compact, et quand il est tombé en panne, j’ai décidé d’investir dans un appareil de qualité qui dure dans le temps. C’est ainsi que j’ai opté pour un reflex et j’y suis resté. Mon premier objectif était un 18-70mm sur un Nikon D70, et puis ça a évolué, D80 et les boitiers D4, D4s …

Avec l’essor de la photographie amateur, des réseaux sociaux etc. la photographie professionnelle semble en crise. Comment vois-tu cette difficulté que rencontrent de nombreux photographes ?

Aujourd’hui il suffit de prendre son téléphone et de se considérer photographe. D’autant plus à travers les filtres instagram. Il y a aussi la contrainte financière mais le photographe se doit d’amortir son matériel. Généralement les gens pensent qu’il suffit d’avoir un bel appareil pour faire une belle photo. Mais c’est faux, le savoir-faire et le professionnalisme sont indispensables.

Comment tu te définirais par rapport à cette situation, est-ce que tu as plus un profil artistique ou tu es plus orienté business comme les photo-reporters ?

Il ne m’est jamais arrivé de me faire financer un projet. En revanche, il m’est arrivé de facturer une prestation. Mais je suis plus dans le domaine artistique, je me fais plaisir. Je réalise aussi des vidéos pour montrer l’arrière-plan d’une séance photo. Il y a un vrai travail avant, pendant et après et c’est important de le faire savoir.

Jérôme Régnier - Star Wash

Jérôme Régnier – “Star Wash”

Parlons un peu d’internet et des réseaux sociaux (instagram, flickr, 500Px…), penses-tu que cela impacte le travail du photographe ?

Oui, les réseaux sociaux ont un impact médiatique. Ils permettent de se faire connaitre rapidement et de gagner en visibilité mais ne sont pas indispensables. Ce qui compte c’est d’avoir un réseau. Avoir 50 000 likes sur une photo ne veut pas pour autant dire qu’elle sera vendue. Il y a des comptes très suivis, d’autres non et ça ne veut pas dire qu’ils sont moins appréciés. J’ai des contacts qui font d’excellentes photos et qui sont appréciés mais qui vont rarement sur internet. Après, malgré la tendance, l’exposition garde quelque chose d’intéressant. Ce que je veux souligner c’est que les réseaux sociaux sont un excellent moyen de se faire connaitre mais ce n’est pas pour autant indispensable pour gagner sa vie.

Tu fais aussi de la vidéo, comment tu arrives à allier les deux ?

La vidéo c’est vraiment récent, j’aime bien partager. Échanger des conseils, montrer comment ça se passe, comment on se place, comment le matériel est disposé. Cela me permet aussi de découvrir la vidéo. Après je ne fais jamais de la photo et de la vidéo en même temps sinon c’est ingérable.

Donc tu fais aussi du montage vidéo, est-ce que c’est équivalent à la post production en photographie ?

Effectivement, il y a aussi du plaisir à faire du montage et ça fait des souvenirs. Cela me permet aussi de voir les éléments dérangeants et de le revoir surtout avec les caméras grand angle.

Jérôme Régnier - Une demande

Jérôme Régnier – “Une demande”

Qu’est-ce que les deux t’apportent de différent ?

La vidéo, je commence à peine, j’ai commencé avec un reflex. C’est très compliqué avec un reflex du fait de la taille des capteurs, il faut gérer la profondeur de champs. C’est pour ça que je suis passé à la caméra. Quand j’ai vu les différentes choses qu’on peut faire avec une caméra ça m’a intéressé. Aussi pour monter des scénarios, des petites mises en scène, et avoir de la qualité notamment pour les backstages.

Pourquoi avoir choisi l’univers des héros de films ?

Stars Wars ou les comics, c’est surtout la partie mise en scène qui m’a plu.  C’est le Stormtrooper qui a tout déclenché, j’ai toujours aimé ce costume.  Ceci dit je ne suis pas un grand fan de Star Wars,  je les ai vus et revus mais je ne suis pas non plus partit faire la file pour les voir en avant-première. Pour le costume, j’ai mis un an avant de me décider à l’acheter, je voulais de la qualité et j’ai investi puisque je l’ai pris à 1000€.

Jérôme Régnier - Spiderman

Jérôme Régnier – “Spiderman”

La dérision définit en quelque sorte les images que tu fais, pourquoi ?

J’ai toujours aimé être dans le décalé. Moi je voulais mettre les personnages en situation et avec un des modèles, Alexandre, j’ai eu accès à un château. Ça c’est aussi fait dans la rue ou encore dans un bar.

Jérôme Régnier - Barman

Jérôme Régnier – “Barman”

Quel est ton prochain projet ?

J’ai toujours quelques histoires à photographier et à raconter. Après cela fait un bout de temps que je n’ai pas utilisé ces costumes-là, ça demande du temps. J’ai aussi d’autres projets comme des photographies sur fond de farine colorée au niveau du Palais de Tokyo.

Jérôme Régnier - Wonder Woman & the flour

Jérôme Régnier – “Wonder Woman & the flour”

La vidéo de son interview rafale est maintenant disponible sur Youtube !

Retrouvez l’intégralité de la galerie de photographies de Jérôme Régnier sur Pixopolitan.

Et pour toujours plus de photographies décalées, nous avons ce qu’il vous faut !