De militaire à photographe, il n’y a qu’un pas

C’est grâce à son travail au sein de la marine nationale que Jérémy Marchal découvre sa passion pour la photographie. Grâce à des cours par correspondance et de nombreux ouvrages, le photographe s’oriente très vite sur la photographie de reportage et de paysage. Le tout accompagné de jeux de lumière somptueux donnant vis à ses oeuvres.

Photographie Jérémy Marchal

©MARCHAL Jérémy – L’automne

1 – Qui êtes-vous ?

Je m’appelle Jérémy Marchal, j’ai 37 ans et je vis actuellement à Fort de France en Martinique (bientôt de retour dans la région Parisienne). Je suis militaire dans la marine nationale, ce qui m’oblige à voyager et changer de ville tous les trois ans.

2 – Quand avez-vous commencé à vous intéresser à la photographie ? Pourquoi avoir choisi de vous concentrer sur la photographie de paysages ? 

J’ai commencé la photo fin 2009, début  2010 lors d’une campagne militaire, j’étais à Singapour, mon but premier était de ramener des souvenirs avec de belles images pour partager avec mon entourage qui eux n’avaient pas la chance de voyager en Asie du sud-est.

Photographie Jérémy Marchal

©MARCHAL Jérémy – Quelle heure est-il ?

Photography Jérémy Marchal

©MARCHAL Jérémy – L’enfant.

3 – Dans vos photographies on peut voir que les jeux de lumières ont une place très importante, pourquoi ?

Justement à Singapour, ce qui attirait mon œil, c’était le mouvement de toutes ces routes avec les phares de voitures, les grands buildings avec  toutes les fenêtres allumées, cela croustillait de détails. Très vite je me suis mis à shooter en vitesse lente à l’heure bleue afin de faire ressortir ce que j’avais en tête.

4 – Quel message, émotion souhaitez-vous transmettre au travers de vos œuvres ?

Une émotion de grandeur, de vitesse et de vie…

Photographie Jérémy Marchal

©MARCHAL Jérémy – la conciergerie

5 – Avez-vous un souvenir d’un de vos shooting que vous souhaiteriez partager avec nous ?

La  photo « Maison hantée », ce soir là, j’installe mon matériel en attendant l’heure bleue et il se met à pleuvoir puis neiger. J’étais gelé, je n’arrivais plus à bouger mes doigts. Je n’avais pas de parapluie. Tous les passants me regardaient comme si j’étais un extra-terrestre. J’étais prêt à tout ranger et rentrer au chaud mais je suis resté encore une heure de plus. Cela m’a permis de capturer cette ambiance mis en valeur par le ciel, le pavé mouillé de Montmartre et cette petite lumière qui ressortait dans cet endroit sombre.

Photographie Jérémie Marchal

©MARCHAL Jérémy – Maison hantée

6 – Quels sont les photographes qui vous inspirent ?

Tous les jours je regardais les photos de Julien Grondin (Beboy) en espérant faire pareil un jour. Les paysages fantastiques d’Alexandre Deschaumes. Aujourd’hui c’est complètement différent, ce sont les photos de Xavier Navarro qui me font rêver.

7 – Quel matériel photo utilisez-vous ?

J’utilise du matériel nikon, D3S et D700 et un objectif grand angle 16-35mm. J’ai en permanence des filtres ND pour les poses longues et un polarisant pour enlever les petits reflets et amplifier les couleurs.

Photographie Jérémy Marchal

©MARCHAL Jérémy – Les amoureux

8 – Quels sont vos projets à venir pour cette année 2018 ?

Je continue la photo de paysages, en Martinique je fais plutôt des photos de cascades ou de bords de mer (très peu de grands buildings ici). Je fais beaucoup de photo de reportage aussi car j’ai de plus en plus le besoin d’ajouter de « l’humain » dans mes images.

Vous pouvez découvrir davantage de photographies de ce talentueux photographe sur notre galerie photos de Jérémy Marchal. L’ensemble des clichés sont disponibles dès 39€ avec un large choix de formats et d’encadrements, le tout made in France. Vous pourrez admirer Paris sous un nouvel angle, grâce à des photographie uniques et poétiques. On vous laisse découvrir !