Partons à la rencontre du monde magique de Georges Rousse. Vous connaissez les anamorphoses ? Cette déformation d’une image à l’aide d’un système optique ? Un jeu de perspective avec lequel les artistes s’amusent beaucoup… Des photographies d’art qui vont vous désorienter !

 

Aujourd’hui Pixopolitan vous présente l’artiste Georges Rousse qui depuis les années 1980 joue avec la relation de la peinture et de son espace. C’est lorsqu’il découvre le Land Art et Carré noir sur fond blanc de Malevitch que l’artiste choisit le médium de la photographie pour immortaliser ses expérimentations. Son attention se braque sur les lieux abandonnés qu’il transforme en espace pictural. En effet, il y construit ses œuvres éphémères que seule la photographie restitue. Le public n’est pas autorisé à voir l’installation directement, toute l’œuvre d’art se retrouve dans la photographie, sauf pour quelques cas exceptionnels…

Rousse

rousse

Familistère 2015 @ Georges Rousse / ADAGP

Georges Rousse s’amuse avec la différence entre le fond, essentiellement le lieu où il s’est installé, et l’image, flottant à la surface du lieu de l’installation. Son travail invite à méditer sur la réalité et l’illusion. Ce que l’on constate régulièrement lorsqu’il utilise un mot qu’il fait flotter dans un environnement, plutôt qu’une forme sans signification.

rousse

rousse

rousse

Rüsselsheim 2003 © Georges Rousse / ADAGP

rousse

Mais comment ça marche ?

rousse

Lyon 2001 (Dragkar) @ Georges Rousse / ADAGP

Voici les deux étapes principales du travail de l’artiste plasticien :

1/ Une fois le lieu choisi, Georges Rousse coupe toutes les lumières de façon à obtenir une obscurité totale. Dans le noir, une projection diapositive est lancée dans la forme qu’il veut obtenir. A partir de là, une équipe d’assistants armée de crayons et de craies prend les repères des contours de la forme. Une fois les bords mis en place, il n’y plus qu’à peindre !

2/ L’installation étant terminée, le projecteur de diapositive est remplacé par une chambre photographique placée exactement au même endroit pour une illusion parfaite.

rousse

Arles 2006 @ Georges Rousse / ADAGP

Des clichés qui nous laissent beaucoup d’interrogations, et un artiste qui nous pose cette question : “N’est-ce pas le projet de l’artiste que de montrer le réel de façon imprévue ?

rousse

Varsovie 2003 @ Georges Rousse / ADAGP

Ph Georges Rousse

rousse

Georges Rousse, Vitry 2007, 2007 © Georges Rousse / ADAGP

rousse

marseille 001

© Georges Rousse/oeuvre finale, Station Sanitaire de Marseille 2011

Découvrez plus de photographies d’art dans notre galerie !