Plus que quelques jours pour participer au concours photoreportage de Paris Match

Comme chaque année, Paris Match propose un concours de photoreportage aux étudiants en partenariat avec Puressentiel. Cette année le concours se clôture vendredi (31 Mars 2017), il ne vous reste donc plus beaucoup de temps si vous souhaitez vous inscrire !

Quatre prix sont attribués pour récompenser les meilleurs photographes :

  • Trophée Paris Match : le gagnant verra une partie de son photoreportage publié dans le magazine et se verra attribuer 5000€ de gains ainsi qu’un trophée de la Maison Arthus-Bertrand. A cela s’ajoute une dotation de 5000€ pour l’école de l’étudiant afin de réaliser un projet de son choix
  • Prix Puressentiel “nature et environnement” : 2000€ de gains pour un photoreportage sur un sujet en rapport avec la nature et l’environnement
  • Prix du Public : ce prix récompense le photoreportage le plus apprécié des internautes votant, le gagnant remporte 1000€
  • Coup de cœur du Journal Du Dimanche : l’auteur du photoreportage le plus apprécié imageant une tranche de vie remporte un cadeau sélectionné par les partenaires du concours

Il s’agit de soumettre un photoreportage d’environ 10 photographies (5 suffisent pour valider la participation) sur un thème tenant à cœur à l’étudiant. La qualité de la rédaction compte autant que les photographies, donc munissez vous de votre plus belle plume.

L’année dernière 27 candidats ont été sélectionnés parmi 55000 participants.

Voici une petite rétrospective sur les photoreportages ayant été primés en 2016.

 

Grand Prix Photoreportage Paris Match

La Jungle de Calais par Michaël Silva-Gori

Ce photoreportage présente les événements survenus entre le 29 février et le 2 mars 2016 à l’intérieur du camp de réfugiés de la Jungle de Calais, plus précisément dans la partie sud, aux abords de l’école laïque du Chemin des Dunes. […]

Michaël Silva-Gori La Jungle de Calais photoreportage

Michaël Silva-Gori – “L’école” – La Jungle de Calais

“L’école laïque du Chemin des Dunes a été construite grâce à la collaboration de l’association Solidarité Laïque et du migrant nigérian Zimako Jones. Cette modeste école pour adultes et enfants de tous âges permet aux migrants l’accès à l’apprentissage du français et de l’anglais et autres activités périscolaires.”

Michaël Silva-Gori La Jungle de Calais photoreportage

Michaël Silva-Gori – “Un champ de casques” – La Jungle de Calais

“Au bout de la « route sud », un mur d’hommes fait face aux migrants en colère. Ce lundi 29 février l’école s’est retrouvée au milieu de gaz lacrymogènes et de jets de pierres. Elle resta fermée toute la journée.”

Michaël Silva-Gori La Jungle de Calais photoreportage

Michaël Silva-Gori – “Un totem et de la fumée” – La Jungle de Calais

“Derrière ces lettres d’encouragement et de soutien, les migrants mettent le feu à leurs cabanes avant de les quitter en signe de protestation, plutôt que de se faire expulser de leurs lieux de vie.”

 

Prix Puressentiel ‘nature et environnement’

L’Agriculture a la Peau Dure par Mathias Benguigui

En vingt ans, le nombre d’exploitations agricoles françaises est passé de 1 million à 500 000. Surendettement, épuisement, suicide… La situation économique et sociale est périlleuse dans ce secteur. Pourtant, Tao n’a pas hésité longtemps avant de se lancer, il le sait depuis tout petit : il sera agriculteur, même si ses parents ne sont pas du milieu. […]

Mathias Benguigui L'agriculture a la peau dure photoreportage

Mathias Benguigui – “Tao” – L’agriculture a la peau dure

“Après trois ans de service de remplacement, Tao est devenu son propre patron le 5 avril 2014.”

Mathias Benguigui L'agriculture a la peau dure photoreportage

Mathias Benguigui – “Réflexion” – L’agriculture a la peau dure

“Le jeune agriculteur de 25 ans fait le tour de ses prairies. L’exploitation fait environ 80 hectares : 20 de terres labourables, 30 de pâturages et 20 de prairies permanentes.”

Mathias Benguigui L'agriculture a la peau dure photoreportage

Mathias Benguigui – “Emotions” – L’agriculture a la peau dure

“C’est sans intrants chimiques ni pesticides que Tao cultive luzerne, trèfle et chiendent. Pour réduire la présence de plantes indésirables et peu appréciées par les ovins, il pratique la méthode biologique du faux semis.”

 

Prix du Public

Sacha, ou l’Espérance par Daria Esikova

70% des mères russes abandonnent leurs enfants dans les maternités quand elles apprennent qu’ils pourraient présenter une quelconque anomalie. Il y a ici une multitude de raisons, mais les principales sont les pressions qu’exercent les médecins et les proches qui poussent au placement afin de prévenir un abandon sauvage ultérieurement. […]

Daria Esikova Sacha ou l'espérance photoreportage

Daria Esikova – “La maison de Sacha” – Sacha, ou l’espérance

“A cause des voisins qui les regardaient de travers et l’absence d’une rampe d’accès pour le fauteuil roulant, la famille de Sacha a déménagé du centre de la ville pour le village.”

Daria Esikova Sacha ou l'espérance photoreportage

Daria Esikova – “La promenade du matin” – Sacha, ou l’espérance

“Ici personne ne dérangera Sacha et sa mère, Olga, pendant la promenade.”

Daria Esikova Sacha ou l'espérance photoreportage

Daria Esikova – “Les contes” – Sacha, ou l’espérance

“Chaque jour, pendant quelques minutes Sacha doit être verticalisé, afin de soulager sa douleur. Sa mère lui lit des contes et lui montre des images pour le distraire.”

 

Coup de cœur du Journal Du Dimanche

Don’t Believe Black Magic par Hwayoung LIM

L’albinisme est une maladie génétique caractérisée par une absence de mélanine entraînant une dépigmentation de la peau et de nombreux problèmes oculaires. En raison de cette dépigmentation et en absence d’accès aux soins, les albinos africains sont soumis aux désagréments de la vue qui baisse, d’une sensibilité accrue aux rayons UV, mais aussi à la sorcellerie. […]

Hwayoung LIM Don't believe black magic photoreportage

Hwayoung LIM -“Speech du professeur”- Don’t believe black magic

“Les élèves du dortoir de l’école écoutent attentivement un discours du professeur Raphel devant une classe.”

Hwayoung LIM Don't believe black magic photoreportage

Hwayoung LIM -“Sport”- Don’t believe black magic

“Les garçons font la course. Samueli courant en tête tombe, et perd la première place.”

Hwayoung LIM Don't believe black magic photoreportage

Hwayoung LIM -“Sous le soleil du jour”- Don’t believe black magic

“Fatuma, 6 ans, aide sa sœur Christina à étendre du linge. Les enfants se débrouillent pour presque tout faire eux-mêmes : la lessive, la vaisselle, le ménage, etc. Ils s’aident les uns les autres.”

 

Si ces photoreportages vous ont plu, n’hésitez pas à aller découvrir nos plus belles photographies de scène de vie dans notre galerie Pixopolitan.