L’exposition : “The Incomplete Araki” à New York

Le sexe, la pornographie, la vie, la mort, les couleurs et les fleurs. Différent thèmes qui ont façonné l’oeuvre de Nobuyoshi Araki durant sa longue carrière de photographe. Le musée du sexe à New York exposera jusqu’au 31 août 2018, une rétrospective aussi trash que sublime des oeuvres controversées du photographe japonais.

Nobuyoshi Araki : l’artiste controversé

Le musée du sexe de New York n’est-il pas le meilleur endroit pour le légendaire photographe Araki d’exposer son oeuvre ?  Cette toute dernière exposition de l’artiste japonais retrace cinquante années de travail. L’exposition intitulée, The Incomplete Araki : Sex, Life, and Death in the Work of Nobuyoshi Araki se focalise sur les thèmes sensibles du sexe, de la vie et de la mort. Au coeur de cette toute première rétrospective sur le continent américain on retrouve les thèmes propres à l’artiste : le sexisme, l’obsession, la pornographie et les rituels.

Né à Tokyo en 1940, pendant la seconde guerre mondiale, il photographie très tôt des femmes nues, dissimulant leur sexe avec de délicates fleurs, symbole du désir. Génie pour les uns, artiste incompris pour les autres, Nobuyoshi Araki a tout au long de sa carrière écumé les bars et les boites de strip-tease, rencontré des geishas et des prostitués. Il a également collaboré avec des revues SM, le tout en mettant en scène des poses extrêmement osées et suggestives.  Son travail a d’ailleurs fait l’objet de nombreuses censures, Araki lui-même a été arrêté à plusieurs reprises pour violation des lois japonaises.

nobuyoshi_araki_kaori_love_2007_diptych_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york_a nobuyoshi_araki_komari_from_lamant_daot_suicide_in_tokyo_2002_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york

 

Son obsession pour les femmes ligotées

Tout au long de sa carrière, Araki explore les relations difficiles qu’entretient le Japon avec la censure et l’érotisme. Un travail osé et parfois même dangereux qui lui permet cinquante ans après d’être exposé dans le légendaire musé du sexe de New York. Tout au long de cette retrospective, on peut découvrir l’obsession du photographe pour les femmes ligotées. Le photographe utilisait de la corde japonaise, kinbaku-bi, pour ligoter ses modèles.

nobuyoshi_araki_personal_sentimentalism_in_photography_2000_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york nobuyoshi_araki_tokyo_comedy_1997_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york nobuyoshi_araki_flowers_yamorinski_and_bondage_woman_2007_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york nobuyoshi_araki_kinbaku_bondage_1979_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york nobuyoshi_araki_marvelous_tales_of_black_ink_bokuj12_kitan_068_2007_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york nobuyoshi_araki_tokyo_novelle_1995_courtesy_of_yoshii_gallery_new_york

Une oeuvre riche et opulente 

Ce sont plus de 400 livres et 500 tirages Polaroïd qui accompagnent ses photographies extrêmement sexuelles de femmes ligotées.  D’autres clichés plus intimes se mêlent à cette retrospective, la vulnérabilité de l’amour ainsi que la perte d’un être y sont subtilement capturés. Pour pouvoir admirer et comprendre parfaitement l’oeuvre du photographe, le musée du sexe de New York, a mis à disposition des visiteurs de nombreux visuels pour retracer l’histoire de l’art du Japon, indispensable à la compréhension de l’oeuvre d’Araki.

nobuyoshi_araki_winter_journey_1989-90_2005_courtesy_of_taka_ishii_gallery_tokyo

Jamais une exposition n’avait regroupé autant d’oeuvres du photographe Nobuyoshi Araki. Pour sa première fois aux Etats-Unis l’artiste japonais de 77 ans nous offre une retrospective somptueuse de plus de cinquante ans de travail.

Vous pouvez également, découvrir le merveilleux travail de nos photographes dans notre galerie les photographies d’art nu.