Pour le week-end, Pixopolitan vous propose une série de photographies un peu originale. Les clichés que nous allons vous présenter apportent un point de vue inhabituel et intéressant sur le monde qui nous entoure, et pour cause, ils ont été réalisés par un enfant de 19 mois.

 

Timothy Jones, photographe professionnel britannique vivant à Bristol, a décidé de réaliser une expérience amusante avec son fils de 19 mois, Stanley. En une belle journée ensoleillée, il lui a confié un de ces anciens appareils : un Canon Powershot G12. Stanley avait pris l’habitude de jouer avec les vieux appareils de son père, mais il n’avait jamais shooté avec un tel appareil. Pendant que le jeune garçon réalisait son premier shooting, son père a immortalisé la scène avec son iPhone.

Timothy Jones capture son fils en plein shooting

Timothy Jones capture son fils en plein shooting

 

Une fois le déclencheur maitrisé, Stanley est laissé libre dans le jardin, et prend en photo le monde à sa façon. De l’aveu de son père, il s’amuse à crier “Cheese” avant chacune de ses photographies. Après quelques clichés du jardin et de sa pelouse verdoyante (trop pour être naturelle!), Stanley rentre dans la maison et gagne en confiance au point d’essayer de régler l’appareil et d’activer la configuration Sepia.

En plus de créer une série de photographies insolites, l’expérience nous rappelle que la notion de point de vue est essentielle en photographie. La position du photographe par rapport à son sujet définit en grande partie la photo. En cela, la photographie permet à chacun d’exprimer sa vision du monde, de montrer son environnement de la manière qu’il souhaite. En l’occurence, ces clichés nous permettent de voir le monde comme le conçoit Stanley. Plus globalement, cela nous rappelle que l’on n’a pas la même vision des objets et de l’espace lorsque l’on est petit, chose que l’on a tendance à oublier car les souvenirs de notre plus tendre enfance restent rares.

Enfin, ces photographies démontrent l’évolution de la notion de point de vue avec l’âge. En tant qu’adulte, quand on s’imagine une photographie prise à hauteur d’oeil, on visualise, à force de regarder des clichés d’autres adultes, une image telle que l’on aurait pu la saisir avec nos yeux d’adultes, sans se rendre compte que cela n’a pas toujours été le cas, et que tout le monde ne perçoit pas l’espace, les êtres et les choses qui s’y trouvent de la même manière.  Symboliquement, ces clichés ont été pris dans une maison et un jardin, mais du point de vue d’un enfant cet espace est beaucoup plus vaste. Un adulte aurait-il pu prendre autant de photographies de cet espace restreint ?

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

 

© Stanley Jones

© Stanley Jones

Pour retrouver l’article de Timothy Jones, c’est ici !
Et pour découvrir toujours plus de photographies d’art et de points de vue différents sur le monde, c’est par !